test-test

Vous avez dit : « FLE et Cinéma » ?

En France, le cinéma est à l’honneur en ce moment avec l’incontournable Festival de Cannes. Une bonne occasion pour nous de vous partager nos idées et ressources pour faire entrer le cinéma que l’on aime en classe de FLE. Internet est toujours une mine incroyable : voici donc des ressources disponibles en ligne dont vous ne pouvez pas vous priver. Nous sélectionnons ici des courts métrages, car le format est parfait pour la classe, mais aussi car on y trouve de petits chefs-d’œuvre 🙂

FLE et cinéma : sélection et pistes d’intégration

  • 5 m 80  de Nicolas Deveaux, 2013

Présentation : Des girafes dans une piscine olympique, juste un bonheur ! Pas de paroles, mais de la musique et des images incroyables. Ce document peut être un très bon départ pour un échange oral en classe, mais aussi à des activités basées sur la créativité.

Public/niveau : Tout âge et dès le niveau A1.

Pour quoi faire  : Faire des hypothèses (en vous arrêtant à la sortie des girafes des vestiaires),  décrire une scène, travailler sur des activités de créativité type “ la vie cachée des animaux”.

Notes : Le réalisateur est un récidiviste puisqu’il avait auparavant créé 7 tonnes 3.

  • Le règne des enfants de Raphaël Descraques, 2014

Présentation : Toute l’humanité retombe en enfance et deux adultes vont essayer de sauver la situation. Ce film est une comédie qui fait réfléchir sur le fait de devenir adulte, mais c’est aussi une parodie des films catastrophe.

Public/niveau : Adolescents/adultes, dès le niveau B2.

Pour quoi faire : Il y a beaucoup de travail à faire autour du vocabulaire familier, des jeux d’enfants. On peut aussi travailler sur ce qui oppose les enfants et les adultes avec les différentes armes qu’ils utilisent (flèches ventouse vs cahiers de vacances). On peut travailler les hypothèses sur le plan des deux protagonistes et sur la fin. Enfin il est possible de prolonger le débat sur l’aspect parodique du film, sur l’importance de savoir garder “une âme d’enfant” ou l’importance des règles dans une société. Il faut aussi s’interroger sur le message du film.

 

  • Lève-toi de Franc Peret, 2014

Présentation :  On parle mondialisation, délocalisation, crise en peu de temps (2 minutes), et tout ça à partir des objets quotidiens qui nous entourent, de la masse d’infos que l’on reçoit.

Public/niveau : Adolescents/adultes, dès le niveau B1

Pour quoi faire : Description du quotidien, mettre à jour le message du film, lancer le débat sur le parti pris du court-métrage. Pour moi, le film repose sur une peur assez primaire de la perte de son emploi tout en mettant en avant l’inaction de tout un chacun. Disons que j’y vois un bon départ pour la discussion.

  • Le Fantôme de Merde de Raphaël Descraques, 2014

Présentation : Dans un hôtel de Montreux, des fantômes passent leurs examens pour changer de grade. Ernest est un fantôme sous-doué et Félix qui a le don de voir les fantômes va l’aider à obtenir son examen.

Public/niveau : Adolescents/adultes, dès le niveau B2

Pour quoi faire : Ce court-métrage est assez long puisqu’il dure 24 minutes, il est donc préférable de le découper en plusieurs parties pour bien travailler la compréhension. Il ne faut donc pas hésiter à s’attarder sur la présentation des personnages, leurs relations, leurs objectifs. On peut ensuite découper les différentes actions pour faire anticiper ce qu’il va se passer par la suite. Ce film est une comédie et l’humour repose beaucoup sur l’effet de surprise donc les activités d’anticipation ne sont pas trop monotones ou répétitives.

Pour prolonger, on peut bien sûr écrire une critique, travailler sur les codes et les références ou encore pour les plus ambitieux se lancer dans un projet d’écriture de scénario. Cette dernière piste est loin d’être infaisable, car il suffit de partir d’une idée issue d’un film très connu ou d’un classique (ici « une personne qui voit des morts ») et d’en faire une parodie. On peut aussi partir d’un thème (ici « les fantômes ») comme « les tueurs en série », « les monstres », « les animaux », « les lieux hantés »… et de faire un brainstorming pour rassembler toutes les histoires, les films, les BD, etc. qui exploitent ce thème pour enfin créer sa propre comédie.

Allez, c’est lundi : « c’est bonus ! » : un court-métrage de plus !

  • Les ciseaux pointus de Laurent Foudrot, 2011 (en compétition à Annecy)

 Présentation : Voici un court-métrage réalisé par un copain, la thématique n’est pas facile mais j’aime le travail visuel et puis, parler de la souffrance à l’école, de la souffrance chez les adolescents n’est peut-être pas une thématique inintéressante pour les cours. Le court-métrage s’appuie sur les paroles d’une chanson des « Elles ».

Public/niveau : Adolescents/adultes à partir de B1

Pour quoi faire : Travailler le langage familier, faire travailler les apprenants sur les bons et les mauvais souvenirs d’enfance (ou liés à l’école), aborder l’évolution de l’éducation (la place de l’enfant dans la société). Proposer un questionnaire de compréhension détaillée peut être intéressant pour amener les apprenants à s’exprimer sur les sentiments liés au visionnage.

 

Sébastien Durietz et Céline Mézange