test-test

Voici la dernière partie du retour d’expérience sur la mise en place d’un module de sensibilisation au développement durable avec un public FLE en insertion sociale et professionnelle. Je vous propose des pistes sur les situations de communication ciblées pour les projets mis en place dans mes cours, une petite liste non exhaustive de documents authentiques et un bilan sur la conception de ces modules.

Pour accéder à la 1ère partie sur la situation de formation et le public, c’est par ici et pour la 2e partie sur des idées de projets pédagogiques à mettre en place, c’est par là !

Et la langue dans tout ça ?

La phase de choix des projets et de mise en place d’une culture commune sur le développement durable était aussi l’occasion d’identifier des besoins linguistiques.

Dans le tableau ci-dessous, voici quelques pistes pour aborder les thématiques et projets évoqués précédemment (2e partie de l’article).

 

Quelques idées de supports authentiques

Objectif Terre, de Ridan

Aux arbres citoyens, de Yannick Noah

Plus rien, des Cowboys fringuants

Monsieur Toulmonde, d’Aldebert et Amélie-les-crayons

Respire, du groupe Mickey 3D

Bilan

Mettre en place, scénariser et animer ces modules de sensibilisation au développement durable a été une expérience très enrichissante. J’ai d’abord dû me former au développement durable, comme dans une démarche FOS* (français sur objectif spécifique), récolter du matériel authentique, identifier des situations concrètes dans lesquelles les participants pouvaient être en contact avec des questions de développement durable, etc…

Le travail de préparation est donc assez conséquent, en amont du cours, mais aussi pendant la mise en place des projets puisque ceux-ci sont co-élaborés avec le groupe d’apprenants.

J’ai aussi beaucoup appris des participants qui avaient un autre rapport à l’environnement, à la consommation d’énergie, etc., en fonction de leurs anciens contextes de vie dans leurs pays d’origine. Les discussions ont été enrichies par ces échanges interculturels et ces changements de cadre géographique ; la question de l’accès à l’eau potable, par exemple, n’a pas les mêmes enjeux en fonction du pays où on l’aborde.

Enfin, la perspective actionnelle et le rôle des apprenants comme “acteurs sociaux” prend tout son sens dans ce type de module où les participants sont amenés à développer des compétences langagières et des attitudes éco-citoyennes à exercer dans leur milieu de vie.

Et vous, quelles ressources utilisez-vous pour aborder le développement durable en classe de FLE ? Partagez avec nous vos expériences !

 

*Pour en savoir plus sur le français sur objectif spécifique : voir l’article de Céline M. sur les sigles.