test-test

Et oui, nous avons tous donné un jour notre premier cours de FLE ! Nous vous proposons aujourd’hui de partager vos expériences sur ce grand moment qui vous a projeté dans le monde de l’enseignement pour de bon. J’avoue que, de mon côté, cette première « entrée sur le ring » n’était pas une gloire pédagogique, et pourtant cela reste mon premier cours auquel je repense parfois avec plaisir et… amusement !

Vous trouverez un questionnaire en fin d’article à remplir en ligne. Nous sommes impatients de vous lire !

 

Céline Mézange – face à un public d’adultes dans un centre social

Lorsque j’ai commencé à enseigner, je n’avais que 23 ans et sortais à peine de mon master 1 FLE à Lyon. Je suis intervenue dans un centre social lors de cours pour adultes. Me voilà donc partie à l’autre bout de ma ville avec pour seules indications qu’il s’agissait d’un groupe de débutants de niveau hétérogène, qu’aucun manuel n’était utilisé et que je devais moi-même fixer les objectifs de cette intervention (sur 3 mois) !

Comment vous dire… Je n’étais pas très bien dans mes baskets… Est-ce qu’ils allaient parler, me comprendre au moins (parce que, bon, moi je maîtrise l’anglais et l’espagnol, mais c’est tout, hein ?). Après avoir galéré à ouvrir ma salle (oui, ma main tremblait sans doute un peu!), j’attends mes apprenants et la salle se remplit peu à peu et me voilà face à des personnes ayant le double de mon âge au minimum.

Lors de ce premier cours, j’ai proposé des activités de présentation et pas mal de grammaire (parce que bon, ça me rassurait) : me voilà partie sur une explication détaillée des verbes en -ER au présent pendant une heure alors que j’étais en face d’apprenants qui souhaitaient avant tout pratiquer la langue.  Ce  n’était pas glorieux au niveau pédagogique… Les cours passant, j’ai grandement réadapter ma manière de travailler…

C’est l’un des cours dont j’ai un des meilleurs souvenirs car j’ai rencontré tout un groupe de personnes qui vivaient en France depuis longtemps et qui voyaient là une vraie opportunité de progresser en français.

Brigitte Lima – dans un collège au Portugal

C’est à l’âge de 22 ans, que j’ai franchi pour la première fois la porte d’une salle de classe, dans un collège, au Nord du Portugal.

En tant que stagiaire, j’étais obligée d’enseigner le portugais et le français à des classes de 5ème et 4ème. Je me suis présentée pour la première fois à mes élèves de portugais de 4ème !

J’ai dynamisé des activités de présentation. J’ai également divulgué les différents thèmes du programme et les critères d’évaluation. Après une longue journée d’attente, le stress m’envahissait. La peur était aussi au rendez-vous, bien sûr ! Conclusion: face à une classe d’adolescents agités en fin d’après-midi, j’ai voulu faire preuve d’autoritarisme et j’ai fini par expulser un élève qui n’arrêtait pas de bouger et papoter. Une vraie catastrophe ! Je me rappelle encore de mes larmes et de ma frustration lors de mon voyage de retour, en train.
J’étais convaincue que je n’étais pas capable de suivre cette carrière.
23 ans plus tard, je continue à enseigner et je n’ai plus jamais expulsé un élève !