test-test

Bien qu’en général les noms communs aient un sens plutôt précis, parfois les articles sont plus importants. Les articles (indéfinis ou possessifs/définis) ne suffisent cependant pas à déterminer le sens précis des mots « ami » et « copain ». Et ce problème est assez récurrent pensons-nous(1) pour tenter d’établir une « règle », au sens de norme faible mais utile, basée sur les usages contemporains.

Tentative de « règle » au sens de repère: non pas principe, mais loi de composition après observation. Non pas absolue à partir de rien, mais corrective des habitudes contractées par les étrangers relativement aux articles définis et possessifs (les articles indéfinis seront bien sûr très largement du côté du possessif)

 

I / »Petit ami » et « petit copain »

Ils sont clairs: ils désignent une relation de couple, en général pour de « jeunes » personnes.

  •  Exemples:

Julie est avec son petit copain ce soir.

Ferréol a une nouvelle petite amie; il va nous la présenter.

 

 II /  « Ami » et « copain ».

On a l’habitude de dire que le sens dépend de l’article qui précède, ce qui n’est pas toujours vrai.

 1/ Quand on a une association (collocation) article possessif  (mon/ma/ton/ta etc) + nom  sans rien entre les deux mots, ni un autre nom ou adjectif à droite du nom, alors il s’agit d’une relation de couple. De la même manière, l’article défini suivi du mot « ami » ou « copain » signifie souvent « petit ami » ou « petit copain ». Il faut en tous cas informer les étudiants que les articles sont très importants et pas toujours clairs avec ces noms communs.

  • Exemple: c’est son ami/ elle vient avec son copain/C’est l’ami de Sylvie.

Exception (rare, en fonction des territoires, des habitudes culturelles): lorsque je parle à une personne qui est un ami à moi (un simple ami), alors pour exprimer l’émotion de se parler, se retrouver (joie, stress etc) on utilise parfois la même forme « simple » (= à deux mots seulement) mais cela aura un sens amical, de joie ou de soutient par exemple.

  • Exemples:

Alors mon ami, comme je suis content de te revoir!

Bonjour mon ami, je suis de tout coeur avec toi.

 2/Même avec l’article possessif, « ami » et « copain » n’ont pas un sens de « petit ami » ou « petit copain » s’il y a un mot entre, ou s’il y a un autre nom après « ami » ou « copain ».

  • Exemples: 

 Mon vieil ami Julien habite à Marseille.

Mon copain Damien m’a parlé de ce livre.

Ton meilleur ami je le connais etc.

CONCLUSION:

Si pour comprendre le sens, les règles ci dessus sont nécessaires, pour produire le sens sans ambiguïté, il suffit de savoir que la séquence article possessif-nom sans rien au milieu ni à droite est la seule à donner le sens de « petit ami », ou « petit copain » sans vraiment d’ambiguïté.

Voilà donc une application concrète de nouvelle grammaire.

1-Les étudiants très nombreux qui se méprennent sur ce qu’ils comprennent ou disent au sujet des mots « copain » et « ami » nous semblent légitimer à eux-seuls une règle: non pas vérité absolue, mais béquille, aide à la performance langagière. Cette règle vise principalement à indiquer, informer sur le sens du possessif.