test-test

Je suis heureuse de vous présenter aujourd’hui un projet sur lequel je travaille depuis de nombreux mois : la réalisation d’un imagier, juste pour les verbes, mais pas n’importe quels verbes… Je vous livre ici la réflexion pédagogique qui a motivé la création de 180 illustrations.

Les verbes et le problème de la traduction mot à mot

imagier-sens-faireLorsqu’un apprenant commence à s’exprimer en français, il doit choisir ses mots et c’est parfois difficile de trouver les bons mots. Quel déterminant ? Quel nom commun ? Quel adjectif ? Quel verbe ? L’apprenant dispose de mots de vocabulaire mais il lui est difficile de savoir exactement quels mots un francophone utiliserait.

Certains types de mots sont plus faciles à traduire que d’autres. Les mots qui posent peu de problèmes sont ceux qui ont un seul équivalent dans l’une et l’autre langue, par exemple, le groupe nominal anglais « this cat » se traduit automatiquement en français par « ce chat » et n’a pas vraiment d’autre traduction.

En revanche, les verbes ne peuvent pas être traduits aussi facilement. En effet, ils expriment davantage un concept et leur emploi varie selon le contexte. Par exemple, on ne peut pas remplacer de façon systématique le verbe « to make » par le verbe « faire » même s’ils expriment la même idée générale. Associer « to make » au verbe « faire » entraînerait l’anglophone à dire par exemple : « Fais une décision » au lieu de : « Prends une décision » parce que dans sa langue, il dit : « Make a decision ». Comment peut-il savoir que dans ce cas-là on utilise le verbe « prendre » ? Et inversement lorsque je dis à un locuteur américain « take a decision », je vois une sorte d’interrogation dans le regard de mon interlocuteur. Au passage, je voudrais dire que les Américains sont très polis et ne froncent jamais les sourcils devant notre charabia, ils font tout pour essayer de comprendre et ils enchaînent … C’est quand même très agréable, leçon à retenir pour nous.

Comment apprendre de nouveaux verbes ? Une liste de vocabulaire versus un imagier

éqquivalence français angimagier verbe être Le problème de la traduction mot à mot est très souvent lié à la mauvaise utilisation d’un verbe. Lorsqu’un apprenant fait des fiches de vocabulaire, il est tenté d’associer un verbe de la langue cible à un verbe de sa langue maternelle. Ce genre d’associations (comme « faire / to make ») peut l’aider à comprendre la signification générale des verbes mais ne l’aide pas à savoir à quel moment les utiliser. Quand on enseigne les verbes français, il paraît donc important de les inscrire dans un contexte donné. A mon avis, il faut éviter de les donner de façon isolée sous forme de liste, d’où l’idée d’un imagier dans lequel les verbes sont illustrés et accompagnés d’une phrase. Ainsi, l’apprenant associe le verbe à une scène, à un contexte concret et non pas à un verbe supposé équivalent de sa propre langue. Grâce aux images, la mémoire visuelle est sollicitée et les informations sont facilement retenues. Je pense que l’imagier n’est pas réservé aux enfants et remplit tout autant sa fonction auprès des adultes.

Le cas des verbes aux sens multiples

Un second facteur augmente la difficulté de l’apprentissage des verbes, c’est leur polysémie. En français comme dans d’autres langues, les verbes les plus utilisés ont souvent de nombreux sens. On s’aperçoit de la complexité de ces verbes quand on regarde leur définition dans les dictionnaires bilingues. Certains verbes très communs ont des dizaines de sens et il faut lire plusieurs pages pour savoir dans quelle situation on emploie ces verbes, par exemple pour « faire » : « il fait beau », « il fait du violon», « il fait un gâteau », « il fait la queue » etc, sans compter les expressions…

faire_4x6L’apprenant doit alors faire preuve d’une très bonne mémoire pour se rappeler d’utiliser le verbe « faire » dans toutes ces situations. L’étude d’un dictionnaire est très utile quand on veut être exhaustif mais n’est pas très motivante pour un élève qui débute.

C’est pour aider les apprenants à mémoriser ces différents sens et à utiliser ces verbes de tous les jours de façon appropriée que j’ai créé cet imagier sur mesure : pour chacun des verbes, j’ai illustré six sens principaux. L’imagier compte maintenant 20 verbes. Je travaille également sur une prochaine ressource pour la classe : la mise en forme condensée de cet imagier en 20 cartes/posters colorés (voir un exemple en photo). Ces cartes/posters seront disponibles au fur et à mesure de leur création.

Ressources en ligne

Je suis heureuse de mettre aujourd’hui l’imagier ainsi que de nombreux exercices à votre disposition gratuitement sur mon site.

Si vous avez un iPad, vous pouvez également vous procurer ce travail en achetant l’application « 20 Verbs ».appli 20 verbes

Le plus important étant de ne pas laisser dormir ces images sur un mur de classe ou sur un écran d’iPad. L’enseignant peut mettre en place de nombreuses idées pour animer des activités sur la base de cet imagier.