test-test

Le type de travail que ça implique

Le rythme dans la peau

Cet élément, le rythme, est clairement ancré corporellement, et dans nos cours, on a trop tendance à ne pas l’expliquer, à ne pas le travailler, écueil que l’on constate aussi dans la communication non verbale. Le premier travail que je fais avec les étudiants, grâce à Régine Llorca, maître de conférence à Besançon (voir sa page youtube), c’est de les faire marcher en parlant. Le corps a besoin de s’habituer, de sentir ce rythme. A la frontière entre la kinésithérapie et la danse. Il s’agit d’un travail corporel, lié à l’intime, comme beaucoup de difficultés phonétiques.

Les Français, quand ils parlent, utilisent leur corps en suivant ce rythme. Comme toutes les langues, mais avec une gestuelle française. Faites l’essai à haute voix. Dressez la liste de ce que vous voulez comme cadeaux pour Noël, en comptant sur vos mains, ou bien la liste des auteurs francophones que vous aimez le plus. Il y a de fortes chances que vous ayez un mouvement d’accompagnement de votre liste, qui est marqué sur la dernière syllabe de chaque élément de la liste. Ce n’est pas anodin, car ça serait différent dans d’autres langues.

Sensibilisez vos étudiants à l’aide d’exercices d’écoute :

  • des chansons : généralement, les phrases musicales correspondent à des groupes rythmiques. Écoutez le refrain de “Je veux” de Zaz, par exemple ! Quand ce n’est pas le cas, ça dérange notre oreille : certains couplets de Toi + moi, de Grégoire, par exemple. C’est intéressant à faire remarquer aux étudiants. Et pourquoi pas réussir à écrire d’autres couplets !
  • des présentations de candidats dans des émissions de télé-réalité : c’est globalement assez simple à comprendre, et le rythme est suffisamment clair pour être entendu par les étudiants. Écouter puis marcher dans le rythme du document est un exercice intéressant.
  • écouter la musique d’un échange dans un bus ou dans la rue, par exemple : écouter, et dire les phrases en “lalala”. Vous pouvez même souvent partir du spectre, de l’audiogramme, pour faire remarquer les groupes.
  • reproduire en logatomes (promis, c’est le dernier gros mot!) : j’utilise les syllabes /ti/ et /ta/ : ti pour toutes les syllabes dans le groupe, ta pour la dernière syllabe. Le son /a/ nécessite d’ouvrir la bouche, il est donc plus long que le /i/. C’est bien pratique pour reproduire une suite de groupes.
    Par exemple : “titita tita ?” Peut signifier : “tu viendras ce soir ?” ou “l’autre prof est où ?”  “j(e) vous sers quoi madame ?”

Les logatomes peuvent ensuite vous permettre de travailler l’intonation, l’expression des émotions, le “e” non prononcé… de faire du lien entre tous les phénomènes phonologiques et prosodiques.

Faites-le pratiquer avec des exercices corporels :

  • marcher sur le rythme d’un texte
  • faire la liste de quelque chose, en groupes, en tapant sur la table sur la dernière syllabe de chaque groupe
  • dessiner des arcs-en-ciel imaginaires, ou, plus moderne, des “dabs” comme Didier Pogba. Sur les groupes les plus longs, on doit ralentir ce mouvement, pour être en place uniquement à la fin du groupe.
  • Laissez votre imagination fuser !

tango-342693_640

Faites pratiquer l’expression :

Bien souvent, les exercices de lecture deviennent alors physiques. Je demande aux étudiants d’utiliser n’importe quel dialogue, document du livre, et de se mettre d’accord ensemble sur les groupes. Bien entendu, on a dégagé les grands principes de découpage ensemble avant. Je constate alors qu’ils bougent (la tête, la main, le pied…) en faisant ces exercices. Ca y est, ils ont le sens du rythme !

De là à toujours bien l’utiliser, il y a du temps, mais des exercices réguliers permettent de le pratiquer. Et si, par exemple, ils racontaient leur week-end en se déplaçant dans la classe au lieu de le faire assis ?

Quelques sources pour en savoir plus

  1. Didier, collection 100% phonétique (niveau A1-A2 et B1-B2)

2. BRIET Geneviève. La prononciation en classe. Grenoble, 2014 : PUG  (+ site compagnon)

3. PAGEL Dario. MADELENI Edith, WIOLAND François. Le rythme du français parlé. Paris, 2012 :  Hachette FLE, 159 p.

4. LAURET Bertrand. Enseigner la prononciation du français : questions et outils. Paris, 2015 :  Hachette FLE

5. Site de phonétique corrective en FLE, méthode verbo-tonale (merci Michel Billières ! voir aussi son article sur T’enseignes-tu?)

6. Les travaux de Régine Llorca (voir sa page youtube) qui m’a appris à marcher lors de journées du Groupement FLE !