test-test

Les nouvelles technologies sont désormais partout, et bien entendu également en cours ! Il devient difficile de les interdire… Vous en avez marre de voir vos étudiants collés à leur smartphone pendant le cours, vous avez très envie de les confisquer et ou pire encore de les leur jeter par la fenêtre ?  Pourquoi ne pas vous en servir justement pour les aider dans leur apprentissage ?

Origines : les pédagogies actives

A l’issue d’un bon nombre de recherches en sciences de l’éducation menées au sein de l’enseignement supérieur, les pédagogies actives ont le vent en poupe ! On se pose des questions au sujet des cours magistraux. Ce type de modèle est intéressant lorsque l’on veut transmettre un savoir de façon structurée et unilatérale. Mais on n’implique pas l’apprenant, on ne le motive pas à s’autoévaluer, ni à collaborer ou encore à interagir dans la classe. Il reste en général passif et reçoit le cours. L’enseignement supérieur se demande donc comment un cours magistral pourrait être plus utile aux étudiants. C’est là que le numérique intervient et peut se révéler un outil très intéressant ; on peut rappeler le phénomène BYOD : « bring your own device », apparu dans les années 2000[1], qui désigne l’utilisation de terminaux personnels à des fins professionnelles et/ou académiques.  Bien sûr, les cours de FLE ne sont pas des cours magistraux en amphi. Cependant, les pratiques autour du BYOD présentent également des avantages en groupes plus restreints et cela d’autant plus dans un apprentissage des langues où la communication écrite comme orale a besoin d’être favorisée.

Il existe bon nombre d’applications web et ou logiciels qui permettent d’interagir avec vos apprenants. Il s’agit d’applications très faciles à utiliser, l’enseignant peut à tout moment projeter un quiz et/ou un sondage à ses apprenants. Ceux-ci répondent directement via leur ordinateur portable et ou leur smartphone. Les résultats s’affichent en direct.

Objectifs

  • Faire participer les étudiants de façon active pendant le cours, cela peut également aider les apprenants les plus timides à s’exprimer
  • Évaluer le niveau de compréhension, les difficultés des apprenants en temps réel
  • Réveiller les apprenants en relançant leur attention, à l’aide d’une tâche : quiz, et/ou  sondage, voire questions pour certaines applications
  • Obtenir  un feedback en direct sur son enseignement.

telephone numeriqueQuelques exemples d’usage…

Quelle serait donc l’utilité en cours de FLE ?

En production écrite :

  • En atelier d’écriture collaborative : chaque groupe au sein de la classe peut proposer une réponse à une question, l’affichage des résultats peut provoquer un débat ou encore une évaluation par les pairs
  • Pour faire des tests de grammaire et /ou de conjugaison le plus rapidement possible avec des résultats en temps réel, on peut organiser une sorte de jeu en équipe
  • En interaction écrite pour l’écriture de scénario, de dialogue

Retour direct sur son enseignement :

  • L’enseignant peut vérifier à la fin de son cours, si les notions ont été bien comprises, en réalisant un sondage ; il a donc une vision d’ensemble du groupe et peut procéder à des réajustements au cours suivant si cela s’avère nécessaire.
  • Il peut aussi proposer à ses apprenants de donner leur avis sur un cours ou encore leur demander s’ils souhaitent travailler plus tel ou tel point, les réponses étant anonymes cela peut aider les « timides » à s’exprimer.

Des outils

La liste de ces solutions n’est pas exhaustive et certaines sont très coûteuses. A vous de voir celle(s) qui vous intéresse(nt) !

Pour en citez quelques-unes : Youslide, Kahoot (pratique pour les jeux en équipe), VotAR, Socrative, Wooclap, Poll Everywhere, Activ engage, etc.

[1] R Ballagas, M Rohs, JG Sheridan, J Borchers – Proceedings of the Workshop on Ubiquitous Display Environments, Ubicomp, 2004.