test-test

L’objectif est le travail sur l’image, la description de lieux, de situations, d’actions et bien sûr, la pratique de l’oral !

Je n’ai pas inventé cette activité, elle m’a été transmise par différents collègues. Je l’utilise régulièrement et les apprenants l’apprécient toujours beaucoup, car ils se sentent actifs à l’oral sans être obligés de prendre la parole devant tout le groupe. Bref, testez, et dites-nous ce que vous en pensez !

On peut la proposer à partir du A1+, et jusqu’au niveau C2.

Principe du « face à face »

tableau tni tbi

Lorsque vous faites l’activité pour la première fois avec un groupe, expliquez bien avant tout à la classe les modalités de réalisation de l’activité, avec des mots adaptés au niveau.

Les apprenants se placent par binômes, l’un tourné vers la vidéo, l’autre non.

  1. Dans une première étape, l’un des deux regarde la première moitié de la vidéo montrée sans le son et la commente (lieux, actions, attitudes des personnages…), l’autre (placé près de lui de façon à le voir et à l’entendre) ne regarde pas la vidéo et écoute les commentaires de son partenaire. Tous les binômes de la classe font l’activité simultanément. L’enseignant peut faire quelques mini-pauses pendant la projection pour laisser à ceux qui parlent le temps de développer leurs idées.
  2. À la moitié de la vidéo environ, vous la mettez en pause. Les apprenants qui ont écouté peuvent alors restituer devant la classe les informations comprises. Cela permet à l’enseignant de reprendre avec les apprenants du vocabulaire et des formulations utiles ; les apprenants peuvent prendre des notes.
  3. Ensuite, on inverse les rôles. Les membres des binômes échangent leurs places. Et on réitère la première phase de l’activité, avec la seconde partie de la vidéo.
  4. Pour finir, tout le monde regarde l’intégralité de la vidéo.

 

Astuces

  • Les deux membres des binômes doivent être assis de façon à ce que l’un voie l’autre parler, mais que seulement un des deux puisse regarder l’écran.
  • On fait habituellement l’activité avec un grand écran (projecteur, télévision, TNI/TBI), mais il est aussi envisageable de la réaliser avec des tablettes (notamment dans le cas de très petits groupes).
  • Toutefois, il est préférable d’avoir un grand écran, car ainsi, l’enseignant peut faire des pauses dans la vidéo (surtout si elle est un peu courte), de façon à laisser suffisamment de temps aux apprenants pour décrire et expliquer ce qu’ils voient.
  • Essayez de choisir des vidéos de 3 minutes au moins, ce qui fait 1 minute 30 de film à commenter pour chaque apprenant.
  • Choisissez une vidéo où il y a des actions, où la situation évolue voire des situations cocasses pour que les apprenants (surtout en A1+ et A2) trouvent des choses à dire.
  • Si la vidéo a une chute originale, ne pas la montrer pendant la deuxième phase, mais faire faire des hypothèses aux apprenants à l’oral sur la façon dont la vidéo va se terminer à leur avis.

 face a face discours

Pour aller plus loin

Ensuite, on peut proposer une activité de production écrite pour reprendre tout ce qui a été vu ou imaginer toute autre activité de réinvestissement du vocabulaire.
Il est intéressant de proposer des activités de prolongement en contexte, par exemple, pour la vidéo Deux pieds (suggérée ci-dessous), vous pouvez faire enregistrer aux apprenants une émission de radio où un des personnages de l’histoire demande des conseils à un animateur ou un psychologue. Cela aide ceux qui disent ne pas avoir l’esprit créatif à trouver des idées.

Idées de vidéos exploitables avec cette activité

  • Le clip de la chanson Deux pieds du chanteur Thomas Fersen (France) : la vidéo parfaite pour cela !

  • Le clip de la chanson Respire du groupe Mickey 3D (France) : l’autre vidéo parfaite pour cela !

  • Le clip de la chanson El dulce de leche du groupe Tryo (France)

  • Bref, une parodie de l’humoriste Florence Foresti (France)

  • Skyfail, une parodie de James Bond par le collectif Golden Moustache (France)

  • Négo, une parodie de thriller par le collectif Golden Moustache (France) : ce n’est pas le meilleur exemple pour cette activité car il n’y a pas beaucoup d’action, mais avec des niveaux avancés à partir de B2, on peut faire beaucoup d’hypothèses sur ce que ressentent et se disent les personnages au moment du visionnage sans le son.

  • Insupportable, court-métrage sur l’intimidation (Québec) : le sujet est grave, mais ça peut être un bon déclencheur de débats avec des ados.

Vous avez d’autres idées de vidéos adaptées à une telle activité ? Proposez-les-nous dans les commentaires !