test-test

 L’enfant et l’enseignement-apprentissage

 

enseignement aux enfants Pour un enfant, apprendre une nouvelle langue n’est évidemment pas une décision prise de manière autonome et en toute conscience comme cela le serait pour nous, adultes. Le choix est toujours celui des parents et/ou de l’environnement linguistique et un élève n’anticipe pas la quantité de travail, de concentration et de mémorisation que cela va lui demander. Cela a un gros inconvénient : il ne va pas y mettre de bonne volonté, ni se forcer à entretenir ses acquis au fur et à mesure (dans nos classes, les vacances sont une catastrophe linguistique) mais l’avantage de ne pas connaître l’infinie complexité de notre merveilleuse langue est qu’il n’a pas non plus l’idée d’abandonner l’apprentissage en cours de route… (OK, cela arrive parfois quand l’enfant est sorti du contexte d’apprentissage et que la langue ne lui est plus enseignée, mais il ne décide pas d’arrêter).

Depuis qu’il est né, l’enfant a toujours été en situation d’apprentissage, cependant, il peut peiner et se trouver en difficulté, mais comme il est rarement inhibé, il reste dans la communication et l’interaction quelle que soit l’activité. Il a la faculté de s’adapter socialement à tous les partenaires et il est un apprenant qui sait jouer sérieusement sans contourner les règles. Et ça c’est génial, parce qu’apprendre c’est super, mais s’amuser c’est mieux et que la palette des jeux auxquels l’enseignant peut ajouter une règle impliquant l’interaction (orale ou écrite) entre joueurs est infinie. Plus besoin des exercices structuraux si ennuyeux ! Répéter et mémoriser une structure peut se faire en s’amusant et en contexte. Et incroyablement, les élèves ne s’en lassent pas.

Des jeux pour apprendre

J’ai listé des jeux « traditionnels » qui s’adaptent particulièrement bien à l’enseignement du FLE et dont les variables que sont les objectifs syntaxiques et linguistiques sont très faciles à mettre en place. Il suffit de se fabriquer des planches d’images sur le thème du lexique à étudier, de l’imprimer et d’imposer la règle syntaxique (à chaque tour, les apprenants doivent s’exprimer oralement… voire à l’écrit pour les plus grands) :

  • Memory

Memory de la maison avec pour objectif linguistique la structure « C’est…, on le trouve dans »  » ça sert à »+infinitif

Memory de la nourriture avec pour structure « C’est…, je le mange au petit déjeuner…, c’est un fruit »

Memory des habits avec la structure « C’est…je le porte en « + saison ou « quand il fait Chaud/froid /pleut… « 

  • Jeu de l’oie pour travailler les structures

Exemple de thème : le matériel de l’école. Avec le dé on tombe sur un cartable « C’est un cartable, je l’utilise pour +infinitif… »

  • Jeu avec des images sur dé : « il/elle/je/nous/ils/elles » et associer une carte action avec le dé pour travailler les conjugaisons à l’oral. On peut aussi ajouter un dé de temps.

s'interroger

  • Jeu de 7 familles en constituant des familles sur le thème travaillé. On peut jouer cartes visibles pour que tout le monde voie, le critère de réussite étant linguistique. Chaque famille a un fond de carte de couleurs différentes.

Exemples pour la nourriture : 

  • La famille petit-déjeuner avec les céréales, le lait au chocolat, le pain, la confiture, le beurre, le jus d’orange
  • La famille déjeuner avec le poulet, les haricots verts, la purée, le verre d’eau, le fromage, la compote de pomme
  • La famille goûter avec la grenadine, les biscuits, le pain au chocolat, le beignet, le verre de lait, la barre de céréales
  • La famille dîner avec la soupe, la ratatouille, le steak, les pâtes, le verre d’eau, le yaourt
  • La famille pique-nique avec le saucisson, les œufs durs, les tomates, les chips, le sandwich, la pomme
  • La famille en-cas avec le bout de fromage, le verre de lait, le morceau de baguette, la poire, un morceau de chocolat
  • La famille gourmandises : un croissant, un morceau de tarte, un chausson aux pommes, un pain au lait, une barre chocolatée

Tous les jeux peuvent être détournés pour un usage linguistique… et ludique, pour qu’enfin apprendre ne soit plus qu’un jeu d’enfant 😉