test-test

Quelques idées simples pour solliciter l’imagination et l’expression des apprenants


 

Création d’histoires : pour aller plus loin

Après avoir proposé une méthodologie pour mettre en place une activité de création d’histoires, je vais vous présenter maintenant quelques idées d’activités pour donner un cadre à l’expression de l’imagination des apprenants.

Ces activités utilisent des supports écrits ou des images. Ces supports sont soit des éléments  inducteurs, soit des éléments imposés au service de la création de l’histoire. Ces activités peuvent être proposées en individuel mais de préférence en petit groupe. Imaginées pour des adolescents, certaines d’entre elles peuvent être néanmoins proposées à des adultes. Elles sont intéressantes au niveau de l’exploitation pédagogique à partir d’un niveau A2. Je précise que toutes ces activités ont été créées AVEC mes jeunes étudiants. Ils ont enrichi mes idées initiales de nombreuses propositions. Différentes variantes ont été suggérées et/ou testées.

Je donnerai des exemples utilisant soit le support d’images soit des supports écrits (je ne traiterai pas ici les supports vidéos qui sont aussi très intéressants).

Création d’histoires : quelques exemples d’activités

Création d’une histoire à partir d’images :

  • Les “monstres” : proposer un grand nombre d’images (les banques d’images sur internet sont bien fournies). Expliquer aux apprenants qu’ils vont devoir inventer une histoire avec des personnages d’un autre monde qu’ils peuvent choisir parmi ceux proposés.  A partir de leur sélection (4-6 monstres), il s’agit de faire une description de chaque personnage, les nommer et imaginer leur vie sur leur planète. Les précisions dans la description et la richesse du scénario seront bien sûr très variables en fonction du niveau des apprenants.

Exemple Natalia 12 ans, fin A1 :

 

exemple-monstreexemple-monstre2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Jeu de l’oie des objets : pour ce jeu, le hasard tente de devenir le maître de l’histoire! On utilise un plateau de jeu de type jeu de l’oie où chaque case est une image. On peut reprendre un plateau de jeu déjà conçu issu d’un jeu comme celui-ci  ou le créer soi-même à partir d’une matrice (Vous en trouverez de nombreux exemples en cherchant “template board game” sur un moteur de recherche. Voici un exemple). L’avantage de le créer soi-même est de pouvoir choisir des thématiques pour les images qui vont orienter l’histoire. Le principe est simple : quand le pion tombe sur une case, le joueur doit intégrer cet élément à l’histoire. C’est une consigne minimale, c’est-à-dire qu’il a le droit de rajouter les éléments qu’il souhaite. Avec plusieurs joueurs, chaque joueur contribue à une histoire commune. En fonction du nombre de cases et du nombre de joueurs, on peut limiter l’intervention de chaque joueur à une phrase par case. Je conseille d’enregistrer chaque phrase au fur et à mesure. On peut demander à un apprenant d’écrire chacune des phrases ( un secrétaire est désigné). A la fin de l’histoire, on obtient une première version de l’histoire qui doit être remaniée. C’est un temps intéressant de réécriture. L’histoire est corrigée du point de vue de la langue mais je conseille tout de même de laisser tous les éléments absurdes ou étranges. Ce sont ces éléments qui font beaucoup rire les apprenants et dont ils se souviendront. La version définitive peut ensuite être lue par les apprenants de manière théâtrale et enregistrée ou alors résumée/illustrée sous une forme de BD[1]. Je vous garantis que le vocabulaire utilisé dans cette activité ne sera pas oublié ! Dans cette activité, la création de l’histoire n’est pas structurée au début, elle demande plus d’improvisation et de travail de réécriture.
Cliquez pour accéder au PDF

Cliquez pour accéder au PDF

BD

 

 

 

  • Diaporama de photos: une variante du jeu précédent est d’utiliser un diaporama avec des photos. Les photos proposées par l’enseignant sont toutes à intégrer dans l’histoire (contrairement à l’activité précédente où les lancers de dés déterminaient les éléments à intégrer). La contrainte, ici, est le temps de défilement de chaque photo, par exemple 30 sec ou 1 min selon le niveau des joueurs. On travaille ici la rapidité. Pendant le temps de visionnage, un joueur doit inventer une phrase en continuité avec les précédentes. Le jeu est identique au précédent pour les autres éléments.

 


Création à partir d’écrits

  • man-42354_1280Histoire extraordinaire de M. Rigaud-Lépat ( Ne rigolez pas!). Il s’agit de faire une description de ce personnage très original et de raconter un événement qui lui est arrivé ou qui va lui arriver. Le choix des temps verbaux est à adapter au niveau des apprenants. Pour commencer, on tire le dé 6 fois pour obtenir les 6 éléments imposés de l’histoire. A partir de ces éléments, il s’agit de créer une histoire cohérente agrémentée de détails inventés afin d’être plus véridique. Les éléments imposés étant très loufoques, les apprenants ont toute liberté pour construire leur histoire selon leur imagination débridée. Le résultat est hilarant ! Dans un deuxième temps, les apprenants peuvent raconter leur histoire, l’illustrer avec un dessin ou une photo et l’enregistrer. Je vous partage la fiche préparatoire !
  • Raconter les coulisses d’un fait divers à partir d’une brève dans le journal ou sur internet. Dans un premier temps, les apprenants répondent  aux questions : Qui ? Quoi ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? en se basant sur les informations du document.  Ensuite ils posent les questions qui leur viennent en tête suite à ces informations ( remue-méninges mis en forme par une carte heuristique). En général, le “comment” et le “pourquoi” laissent beaucoup de zones d’ombres susceptibles d’éveiller la curiosité. Dans un troisième temps, ils tentent de répondre à ces interrogations en faisant appel à leur imagination. La crédibilité des explications n’est pas l’objectif, au contraire, les explications farfelues sont les bienvenues. Le choix du fait divers est important. Avec des adolescents, je conseille d’en choisir un qui a un potentiel absurde ou humoristique et d’éviter les drames sanglants! L’actualité vous donnera de la matière. Vous pouvez aussi aller piocher dans ce document de 143 faits divers anciens.

 

Laissez-vous porter par l’imagination de vos apprenants! N’hésitez-pas à partager avec nous vos réalisations, vos idées, etc…