test-test

Présentation rapide de ThingLink

ThingLink est un service en ligne et une application tablette gratuite (iOS et Android) qui permet de créer et partager des images interactives sur lesquelles apparaissent des infobulles cliquables, pointant vers d’autres médias (vidéo, audio, texte, lien, etc …). A partir d’une simple photo, l’enseignant ou les apprenants peuvent alors enrichir le thème ou les éléments figés d’un support photo, qui « prennent vie » sous forme de compléments multimédia. Cet outil peut se révéler particulièrement efficace pour synthétiser un voyage, conceptualiser une règle de grammaire ou illustrer une page de lexique, entre autres.

Comme pour le dernier article sur Popplet, je me focaliserai essentiellement sur l’application qui présente un certain nombre d’avantages sur le service en ligne, en termes de fluidité, accessibilité et mobilité dans l’usage en lui-même. En fin d’article, je résumerai toutefois quelques petites différences notoires entre ces 2 dispositifs.

Les premiers pas avec ThingLink

Après avoir installé l’application et configuré votre compte (via e-mail, Facebook, Twitter ou Google +), vous pouvez créer votre première image interactive en la choisissant soit dans votre galerie de photos ou soit en la prenant directement via la tablette.

Une fois celle-ci uploadée, vous avez le choix d’y insérer un ou plusieurs points multimédias à l’emplacement que vous souhaitez. Il est ainsi possible d’encapsuler un lien, un son, une vidéo… Chaque contenu ajouté à votre photo sera représenté par un pictogramme de couleur et à son survol, une infobulle dévoilera le contenu du lien et redirigera vers le site, le blog, la plateforme, … configurée. Cliquez sur l’image ci-dessous pour avoir le rendu :

Son utilisation

Alors quelle est son utilité en classe de langues ? Prenons un exemple basique : la mémorisation du lexique. Dans une classe traditionnelle, les apprenants n’ont guère le choix de mémoriser les mots qu’à travers des listes ou des phrases en contexte. Si cet exercice s’avère « relativement » utile, on peut le rendre encore plus souple et efficace en associant tous les canaux de réception, à savoir l’image, le son et le texte. Pour un même mot, l’apprenant aura alors la possibilité de le lire, de le visualiser et de l’entendre, ce qui rendra la mémorisation plus aisée. Voici un petit exemple pour les niveaux A1 (cliquez sur l’image pour avoir le rendu).

Vous avez donc compris le principe… C’est l’exploitation la plus basique de ThingLink. Maintenant, on peut pousser un peu plus loin la réflexion en demandant aux apprenants de se servir de la tablette pour photographier eux-mêmes leur environnement (objets et lieux du quotidien), leur manuel (page de grammaire ou de culture) ou même le tableau de la classe pour pouvoir restituer les éléments acquis sous forme de synthèse « multimédia ». Cela permet de mettre en place très simplement 2 notions essentielles dans tout apprentissage : la conceptualisation et la collaboration entre pairs.

En élargissant les possibles, on pourrait imaginer une utilisation de ThingLink pour :

  • une photo de votre voisin(e) de classe avec son pays de naissance, ses loisirs, ses plats préférés, etc …
  • un fait historique en y associant tous les média (son, vidéo, texte)
  • une carte interactive pointant sur les lieux visités (panorama, vidéos, textes, critiques de lieux ou restaurants, etc …)
  • une photo d’un auteur avec sa biographie, ses œuvres, etc
  • A vous d’imaginer la suite ….

 

Service en ligne vs Application

L’application permet une mobilité totale avec une fluidité très agréable dans toutes les étapes de la création (prise de photo, ajout de média, enregistrement et publication) réunies sur le même outil, à la différence du service en ligne qui demande au minimum 2 matériels (ordinateur + appareil photo). Cependant, ce dernier s’avère plus complet sur l’étape d’édition en proposant plus de variantes de pictogrammes et un moteur de recherche média plus fourni. Pas de panique, les 2 services étant liés au même compte, les fanatiques de l’esthétisme pourront très bien commencer le travail par l’application et finaliser le tout via le service en ligne.

Conclusion

L’application ThingLink dispose d’un gros potentiel pour un usage en classe, quand il s’agit d’enrichir des supports qui pouvaient paraitre jusqu’à présent figés. A travers cet outil, l’enseignant a ainsi la possibilité de réunir sur un même support des éléments s’adaptant remarquablement aux différents styles d’apprentissage de ses apprenants. Petits conseils pour la gestion en classe : préférez le travail par petits groupes, chacun ayant une tâche particulière à accomplir. Prévoyez toujours la restitution des productions en vidéoprojection (tablette + vidéoprojecteur) pour favoriser l’évaluation entre pairs. Enfin, n’oubliez pas de publier ces travaux sur le blog ou le portfolio de la classe pour maintenir le suivi des apprentissages.