test-test

Quelle utilisation d’Antidote dans l’enseignement-apprentissage du français ?

Conception de documents, corrections, recherches de documents… Nous passons de plus en plus de temps sur nos ordinateurs à travailler sur des textes et il faut bien avouer – c’est tout du moins notre cas – que nous laissons passer plus de fautes quand nous écrivons ou lisons sur ordinateur que sur papier. Pendant deux mois, nous avons testé le correcteur Antidote 9 sur Mac et sur Windows, nous vous proposons ici un retour de test qui vous montrera comment cet outil peut aider un prof de FLE ainsi que ses limites.

1- Présentation et installation d’Antidote

a. Présentation générale

Antidote est un logiciel de correction et d’aide à la rédaction édité par Druide et diffusé en France par Mysoft. Il comprend un dictionnaire complet, un guide de la langue française et des fonctions de correction qui s’intègrent à pratiquement tous les logiciels dans lesquels on tape du texte. Il est disponible sur Mac et PC à 119,00 €. Le volet dictionnaire est très complet : définitions, synonymes, champ lexical, conjugaison, rime… Il y a une dizaine de dictionnaires disponibles y compris un dictionnaire d’images, bref un outil dictionnaire bien utile auquel on ne reproche que l’absence d’audio pour la prononciation même s’il y a la transcription phonétique en API ou en APF.

Les guides sont, eux aussi, très nombreux avec des explications linguistiques sur l’orthographe, la syntaxe, la ponctuation ou encore la phonétique. En tout, on retrouve 11 guides pour nous aider à comprendre le fonctionnement de la langue française.

Toute la suite Antidote s’intègre au système d’exploitation que vous utilisez, elle se lance toute seule avec les logiciels compatibles (Word, Libre Office, Mail…) et elle peut aussi s’intégrer à votre navigateur en installant un module ce qui permet d’y accéder facilement n’importe quand.

b.    Installation

L’installation n’est pas complexe, mais demande quelques réglages pour que le logiciel s’adapte un peu mieux à votre profil. On vous demandera donc votre langue maternelle, votre zone linguistique francophone (France, Belgique, Caraïbe…). Enfin, on vous demande d’évaluer votre niveau de français. Ces paramètres et d’autres installés par défaut (par exemple la détection des anglicismes, ou la rédaction en orthographe rectifiée ou traditionnelle) sont modifiables facilement après installation et ont un impact direct sur les détections réalisées.

c.    Intégration et ergonomie

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Antidote est vraiment simple à utiliser. Il est présent sur votre navigateur, dans votre logiciel de mail et dans à peu près tous les logiciels dans lesquels on tape du texte et cependant il n’est pas invasif. On retrouve donc seulement 3 boutons : un pour lancer la vérification, un pour lancer les dictionnaires et un pour lancer les guides. Cela présente l’avantage de pouvoir l’intégrer facilement dans notre travail, mais au début, il faut se forcer un peu, car il est tellement discret qu’on peut l’oublier. On a donc ici un avantage qui peut être un inconvénient, mais de notre côté, nous avons apprécié sa discrétion. Le seul vrai point faible d’Antidote vient du fait que c’est un logiciel à installer sur chaque ordinateur et comme nous travaillons sur différents ordinateurs (salles de classe, salle des profs, maison…), nous aurions préféré une webapp accessible en ligne. Il est certes possible d’opter pour une licence multiposte à prix réduit, mais nous n’avons pas vraiment envie de payer pour équiper les ordinateurs des différentes institutions qui nous emploient.

Notre questionnement, lors du test du logiciel, s’est avant tout porté sur les apports de cet outil à notre pratique professionnelle.

2- Le prof de FLE et Antidote

En bref, quel enrichissement Antidote peut-il fournir à nos activités de prof ? Peut-il faciliter notre travail ? Voici des pistes en quelques points qui nous ont paru intéressants à souligner.

a. Faire ses corrections à l’aide de cet outil

correcteurerreursAntidote ne viendra pas remplacer complètement votre compétence de correction certes, mais il peut cependant faciliter votre travail. En effet, le logiciel n’a pas la capacité de détecter toutes les erreurs  (qu’il lit parfois comme des ruptures de style et qu’il ne peut donc pas analyser), mais il peut devenir un vrai allié pour l’enseignant qui corrige ou évalue ses apprenants. Un des atouts d’Antidote est la classification qu’il propose des erreurs en 3 domaines langue, typographie et style.

(Ci-contre l’onglet de correction et d’analyse qui s’affiche dans votre correcteur)

Ainsi quand on corrige une production d’apprenant, en haut à gauche, on retrouve le nombre d’erreurs de langue, de typographie et de style et à droite, on a un aperçu des erreurs. Pour chaque erreur, le logiciel fournira des pistes ou des propositions de correction accompagnées d’explications. On peut même accéder directement à la section du guide traitant du problème rencontré en cliquant sur le livre orange en tête de l’explication. Cette manière d’expliquer de façon graduée les erreurs est très intéressante et pédagogique, à la réserve près qu’il faut être à même de comprendre les explications ce qui peut être quelques fois ardu pour certains élèves trop débutants en français.

correction

La section « Style » permet par exemple de relever les répétitions, des tournures fautives, d’améliorer le lexique. C’est par exemple un très bon support pour des corrections d’écrit à des niveaux plus avancés pour accentuer le travail sur la richesse linguistique. Et là, c’est vraiment un bon point parce que vous avez une vue d’ensemble du texte, très visuelle, qui peut vous permettre de faire un retour très rapide à vos étudiants.

L’outil de statistiques dont nous reparlerons plus tard peut aider l’enseignant à évaluer la compétence linguistique d’un apprenant. Ainsi quand on corrige une production d’apprenants, en plus du nombre d’erreurs de langue, de typographie et de style, on a à droite l’aperçu de la liste des erreurs et des propositions de correction.

En plus du signalement des erreurs, on peut aussi évaluer la production écrite d’un apprenant en utilisant les outils d’analyse. Là aussi, ils sont nombreux et répartis en trois catégories : Révision, Statistiques et Inspection. Ils permettent de faire un compte-rendu de la richesse sémantique d’un texte, de l’utilisation de liens logiques, de la variété des outils linguistiques employés ou encore des temps utilisés. Ces outils sont très pratiques pour justifier et expliquer un feedback ou même une note d’examen.

[Cliquez sur une image pour l’agrandir]

b. Utiliser les dictionnaires et les guides

Toujours dans cette perspective d’un travail facilité grâce au logiciel et comme nous vous le disions en introduction, la richesse des guides et dictionnaires proposés par Antidote est un vrai plus. Lors de votre travail (qu’il s’agisse de la création d’un support, de corrections, etc.), vous avez à portée de clic toute une palette de guides, très complets pour approfondir le fonctionnement de la langue. Un doute ? Vous pouvez vérifier et creuser un point grammatical très rapidement.

Les dictionnaires comprennent : définitions, synonymes, antonymes, cooccurrences, champ lexical, conjugaison, famille, citation, historique, illustrations. Nous notons d’ailleurs un dictionnaire des synonymes/antonymes très riche et très performant. Vous sélectionnez votre mot et le dictionnaire vous fera un ensemble de propositions accompagnées des définitions, mais aussi des propositions avec différents niveaux de langage ou différentes régions.

sympathique

c. Analyser un document authentique pour vérifier son niveau linguistique

Les outils de statistiques nous ont paru être très intéressants pour une des activités majeures d’un prof de langue : sélectionner des documents authentiques. Ne vous êtes-vous jamais interrogé sur le bien-fondé de votre sélection d’un article de presse par exemple ? Ne vous êtes-vous jamais demandé au dernier moment si finalement votre document n’était pas trop complexe pour vos apprenants ? En utilisant l’analyse de texte d’Antidote, vous aurez une vue d’ensemble de la difficulté de votre document en quelques clics. Par exemple, vous pourrez analyser les conjugaisons, vérifier si les temps employés correspondent bien à vos attentes.

analyse-temps

Dans ce cas, Antidote peut clairement devenir une aide précieuse pour le prof et lui faire gagner un temps précieux.

3- les apprenants et Antidote

Soyons honnêtes, le logiciel ne nous semble pas totalement adapté pour un public débutant – voire intermédiaire, et ce, pour différentes raisons. Antidote a parfois du mal à repérer des tournures fautives (par exemple dues à des interlangues, comme « elle ha fait » au lieu de « elle a fait »). Le logiciel ne sera pas en mesure d’analyser cette phrase (il met cependant une marque de rupture, ce qui, comme nous l’indiquions plus haut, indique que cette partie de phrase lui semble « bancale », sans qu’il sache dire pourquoi) tandis que l’enseignant y voit une erreur d’un apprenant hispanophone sans aucun doute. L’apprenant pourrait donc simplement comprendre qu’il y a un problème dans sa phrase et être invité à réfléchir par lui-même à une correction.

Les explications fournies sont très complètes, mais peuvent être ardues à comprendre. Le métalangage est très présent et donc peu adapté à des débutants. À l’inverse pour un public avancé, Antidote peut être un outil riche, notamment grâce aux outils d’analyse qui peuvent permettre de relever des répétitions ou de proposer un enrichissement lexical, notamment avec la fonction de statistiques qui dans la section vocabulaire indique « les verbes ternes »  et les dictionnaires qui peuvent s’avérer être de très bons outils pour l’enrichissement lexical.

Conclusion

Si Antidote convient bien à des apprenants à partir du niveau B2, il nous semble paradoxalement trop complet pour des débutants. En revanche pour les profs, Antidote est une belle découverte qui s’intègre vraiment bien au travail de prof aussi bien dans les corrections que dans la recherche de documents. On a testé beaucoup de textes avec Antidote : mails, Word, odt, site internet et seuls les PDF ne sont pas acceptés (tout simplement parce que ces documents ne sont pas faits pour être retouchés). Bref, peu importe le format que vos apprenants choisissent pour envoyer leurs devoirs, vous pourrez les évaluer et les corriger. Antidote va même encore plus loin et dispose de tout un tas de fonctions qui vous faciliteront la vie comme la fonction Anti-Oups! qui vous rappelle de passer vos emails au correcteur avant de les envoyer.

• Les explications graduées des erreurs • les nombreux dictionnaires et ressources • L’intégration de l’outil • l’ergonomie • les nombreux outils disponibles
• logiciel à installer et non pas une webapp • la non-détection de certaines erreurs • La complexité de certaines explications qui rendent le logiciel difficilement exploitable par des apprenants débutants


Cet article est un article sponsorisé. Qu’est-ce que cela signifie ?

L’équipe d’auteurs a été contactée par un de ses partenaires pour rédiger un article sur un produit en relation avec notre activité. L’équipe juge de l’intérêt pour les lecteurs de T’enseignes-tu ? et l’auteur rédige son billet en donnant son opinion sur le produit en question. Cette modalité nous permet de vous informer sur l’actualité FLE que nous trouvons pertinente tout en finançant notre activité.