test-test

Voici la question que nous a posée Pauline LG. en ce début d’année : qu’est-ce qui vous permet de rendre votre métier de prof de FLE dynamique et évolutif ?

A travers les outils collaboratifs que nous utilisons en ligne, nous vous avons préparé un article collectif dans lequel 4 auteurs répondent à la question ; chacun à sa manière et suivant son parcours. Nous espérons que ces témoignages pourront vous servir et vous amener à vous interroger à votre tour ! N’hésitez pas à échanger sur le sujet !

1. Luce : la collaboration à distance

luce-3Pour moi, deux choses ont rendu mon métier de prof de FLE dynamique et évolutif ces derniers temps : ma décision de faire partie de la communauté de profs de T’enseignes-tu ? et celle de reprendre mes études à distance avec le M2 Ingénierie des langues de l’université de la Réunion. Ces deux expériences ont des points communs : la communication à distance, le travail de groupe, les échanges d’expériences et de points de vue, l’émulation devant tant de nouvelles idées, concernant l’utilisation des technologies de la communication, à la fois en classe et pour se former. Une fois, le moment de doute passé (« Vais-je y arriver ? »), ces deux décisions m’ont permis de redynamiser ma pratique et de faire évoluer mes réflexions sur le métier, que j’avais longtemps exercé la tête dans le guidon, faute de temps…

2. Nathalie : l’ouverture aux autres

nathMa manière d’enseigner le FLE est dynamique et stimulante grâce aux interactions entre collègues, au sein de T’enseignes -tu ? et plus largement au sein de la communauté très active d’enseignants en ligne. Ma veille professionnelle m’a permis de rester informée, de m’ouvrir sur des pratiques différentes et de faire des tentatives nouvelles en termes de pédagogie et d’outils. Notre créativité s’enrichit au contact des autres ! La formation en ligne et l’apprentissage de langues m’ont également permis d’interroger ma manière d’enseigner, mais aussi d’être plus pertinente face aux difficultés des apprenants. L’ouverture aux propositions et suggestions des apprenants m’a permis d’explorer des pratiques nouvelles que je n’aurais pas osé proposer d’emblée. Si je devais résumer, je dirais que l’ouverture aux autres (collègues, apprenants et société) et l’innovation régulière dans sa pratique sont les clés pour rendre son métier de prof de FLE dynamique et évolutif.

 

3. Gildas : la classe comme un laboratoire

Gildas GressantDès mes premiers cours en tant que professeur de FLE, j’ai pris conscience du besoin permanent de remettre en question ma pédagogie. Un cours de FLE ne ressemble jamais à un autre. C’est ce que je garde constamment en tête. Plusieurs paramètres entrent en jeu : le type d’établissement, le public apprenant (l’âge, la langue maternelle parfois même la catégorie socio-professionnelle) le nombre d’heures hebdomadaires, le nombre d’étudiants en classe et j’en passe. Il m’a donc semblé très vite nécessaire, de transformer la classe en laboratoire permanent, continuer à utiliser ce qui marche assurément bien sûr, mais aussi et surtout ne pas hésiter à essayer de nouvelles approches. Se tenir au fait de ce qui existe et de ce qui marche via des sites collaboratifs et de partage comme T’enseignes -tu ? a été la première étape, puis très vite, l’envie de relayer à d’autres ce que j’ai pu constater ou tester, en ligne ou au sein de mon établissement en en parlant autour de moi et en endossant des responsabilités pédagogiques telles que la création d’activités ou la formation de collègues. Mon objectif : continuer à faire du cours de FLE un moment utile et source de plaisir, non seulement pour l’apprenant, mais aussi pour le prof.

4. Céline M.: bouger et se former…

celine-2Notre métier est de fait dans une dynamique constante car chaque cours, public ou institution demande de travailler sur notre capacité d’adaptation et sur notre compétence à remettre en cause des pratiques ou des approches. Je pense que même si parfois je souhaiterais être plus stable, le fait de changer de pays ou de public émane d’une volonté de ma part pour rester dans une dynamique constante de réflexion. La mise en place de projets est aussi un vrai moteur pour moi, car en adoptant cette démarche, je me range aux besoins de mes apprenants, je les accompagne et je suis toujours incroyablement surprise de voir ce qu’ils sont capables de réaliser, et ce, dès les niveaux débutants. Et puis, bien sûr, mon besoin d’échanges et de réflexion s’est matérialisé autour de la construction de T’enseignes -tu ? qui me permettait aussi de réponde à un besoin exprimé depuis plusieurs années : me tourner vers la formation de formateurs. Je ne peux vous dire combien j’ai appris sur ces deux années, à quel point mes certitudes pédagogiques n’existent plus, ni même le nombre de personnes passionnantes rencontrées. Notre métier est humain que ce soit en ligne, en cours, en formation de formateurs, c’est l’humain qui m’intéresse et qui m’oblige à toujours me poser des questions.

5. Hélène : des opportunités

Helene colinetCe qui me permet de rendre mon métier de prof de FLE dynamique et évolutif, ce sont toutes les opportunités qui s’offrent à nous à différents niveaux. On peut varier les publics, les contextes, les objectifs, les matériaux, les méthodologies… Tout ceci permet d´être dynamique et de ne jamais faire la même chose. Il en est de même pour les différents postes que l’on peut occuper. La variété des structures d´enseignement du FLE peut nous ouvrir des portes auxquelles nous n’aurions jamais songé auparavant. Par exemple, travaillant dans une école internationale, cette année je suis examinatrice des épreuves de Français B du Diplôme du Baccalauréat International. Enfin, comme l’on dit mes collègues, le FLE, c’est aussi se remettre en question et comparer nos pratiques. Avec T’enseignes-tu ?, cela m’a permis de repenser et de “recycler” ma manière de faire et de me tenir au courant des innovations dans ce secteur.

Et vous, qu’est-ce qui vous permet de rester dans une dynamique professionnelle  ?

Partagez vos expériences et échangez !