test-test

Les profs en parlent en 2016

cadeauT’enseignes-tu? continue son bout de chemin pour vous proposer des ressources et des échanges entre profs. Nous aimerions que nos lecteurs soient de plus en plus actifs sur T’enseignes-tu ? car, je vous le rappelle, nous sommes un site collaboratif « pour les profs et par les profs ».

Nous lançons donc une nouvelle modalité de participation pour tous avec ces séries d’articles « les profs en parlent » :

  • un sujet est lancé (ici « j’ai reçu un cadeau »)
  • un formulaire est à votre disposition dans l’article pour que vous puissiez partager votre expérience
  • nous publions vos expériences au fur et à mesure

 

Petite info de fin d’année : nous sommes en train de faire un « joli travail » pour vous refaire un site plus intuitif, plus joli et plus pratique dans lequel vous retrouverez ces nouveaux articles.

Les profs en parlent : « J’ai reçu un cadeau »

Nous lançons ces articles avec un sujet léger et un peu décalé … les cadeaux  !  Noël approche et les cadeaux se profilent, il serait peut-être temps de parler des cadeaux que nos apprenants nous offrent  que ce soit pour Noël ou pour une autre occasion.


Céline Mézange – Quand j’enseignais au Mexique …

S’appeler Céline comporte certains risques d’associations avec de grandes chanteuses à voix ! Et forcément, un jour un étudiant décide de vous offrir un magnifique CD de Céline Dion que vous détestez. Passé le moment de surprise et le  » super, c’est génial! j’adore ! (je n’en fais pas un peu trop, là ?) je pensais m’en être bien sortie jusqu’au moment où un autre étudiant ajoute : « mais, tu nous as pas dit que tu détestais Céline Dion pendant le cours sur la chanson ? ». Je ne sais plus trop comment je me suis rattrapée aux branches (cassées) mais j’ai surtout le souvenir d’un moment douloureux face à mon étudiant qui avait voulu me faire plaisir.

 Pauline Lopez Guzman – Quand j’enseignais en France à l’université…

 A la fin d’une session, mon groupe d’apprenants débutants m’a offert une boîte de chocolats accompagnée d’une petite carte signée par tout le groupe. A force de prendre le mot « chocolat » dans tous mes exemples (pour le réemploi de structures « J’aime le chocolat noir, mais je n’aime pas le chocolat blanc », en phonétique « le son [ʃ], comme dans chocolat »), ils ont fini par comprendre que c’était mon petit péché mignon. Jusque là, j’étais en pleine phase de remerciements, avec de grands sourires, la boîte de chocolats m’avait l’air bien délicieuse mais au moment d’ouvrir la carte qui accompagnait mes chocolats… j’ai stoppé net sur le « Merci Poline » !!

Réflexe de prof ! Rrrrh : pendant une fraction de seconde, mes yeux ont zoomé sur le « o » (et j’ai carrément zappé mes chocolats !), j’avais envie de saisir mon surligneur, de refaire mon cours sur le casse-tête du son [o] et de ses graphies différentes. Résolution : prendre mon prénom comme mot « exemple » pour les graphies du son  [o].

Anne Noir – Quand j’enseignais à Xiangtan…

Lors de mon départ pour la France, à la fin de l’année quand j’enseignais à l’université de Xiangtan. J’ai reçu beaucoup de cadeaux plutôt sympas de mes étudiants (dont des écharpes, l’une tricotée avec amour par une étudiante qui s’excusa de quelques mailles un peu lâches !), mais à Xiangtan, j’avais briffé la responsable des affaires culturelles de la classe, et lui avait glissé que ce serait bien qu’elle insinue aux étudiants qu’il me serait très difficile de voyager avec des présents encombrants.
Mes étudiants étaient vraiment géniaux, et j’avais passé une très belle année avec eux. Ils m’ont offert en fin d’année un album ; chaque étudiant y avait collé une photo, et un petit mot. J’avais deux garçons qui posaient en héros de Wu Xia Pian, des filles avec leurs parents, des autocollants à la japonaise avec des petits cœurs, des poèmes, des proverbes chinois sur la séparation.
C’était bien ; leur présent étaient personnel, émouvant, drôle…et léger.

C’était sans compter sur la générosité de deux étudiantes qui m’offrirent une paire de lions protecteurs horriblement lourds, de deux garçons qui me cédèrent une épée, et… sur la joie des parents de l’étudiante responsable des affaires culturelles qui m’offrirent le jour de mon départ, en plus de quelques broderies sur soie traditionnelles de la région un énorme bibelot d’un mètre de diamètre ; une broderie sur soie, représentant deux oiseaux, enserré dans un verre bombé encadré de bois rouge que l’on pose sur un socle. C’était magnifique…énorme et très lourd.
Quant à ma pauvre étudiante elle ne savait plus que dire.baggage

Les lions ont alourdi un peu plus une valise que l’hôtesse n’arriva jamais à lever jusqu’au compartiment à bagage et qu’un clochard au risque de mourir peina à gentiment me monter en haut d’un escalier à la gare Montparnasse (je lui offris en remerciement un paquet de Baïshan). L’épée voyagea avec moi en cabine rangée dans la housse de ma guitare… Et je me trainais sous le bras plus ou moins facilement mes deux oiseaux. Leur cadeaux ornent toujours ma chambre…Mais plusieurs suèrent pour les y apporter (les écharpes plus tard furent plus pratique à ranger !).

Je me suis confondue dans tous les cas en milliers de remerciements et j’ai tout rapporté…M’étonnant une fois encore que mon prénom, si on ne sait prononcer les « a » grave, me convienne si bien !

Adeline Jérôme – J’enseigne au Canada dans la province de l’Ontario à un public adulte en entreprise, en cours particulier ou semi-privé…

J’ai reçu des cadeaux de deux apprenants, le premier est un ensemble de deux bracelets réfléchissants car je fais beaucoup de marche à pied et de vélo et cela devient dangereux dans ma région de traverser la route aux passages piétons… Les autres cadeaux sont du même apprenant et sont un magnifique carnet de notes inspiré des grimoires médiévaux et une boîte de chocolats de ma marque préférée! J’ai été très surprise car je ne m’attendais pas à recevoir de cadeaux de ces apprenants et je suis ravie d’avoir eu des cadeaux utiles et gourmands!

Gabrielle –  Enseignante de FLE en France, dans une école de langues pour grands adolescents et adultes.

fle - nain Il y a quelques années, je faisais en cours une séquence pédagogique que j’aimais bien sur les « nains de jardin ». Il y avait : – un extrait du film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain à commenter » (+ hypothèses à faire sur le « voyage du nain »), – un article à lire type faits divers sur le FLNJ (front de libération des nains de jardin), – un débat, – et la chanson de Renaud « Mon nain de jardin » à écouter, avec les paroles découpées à remettre dans l’ordre. Les apprenants trouvaient cela drôle mais très bizarre. Enfin peu importe, ils pratiquaient le français et s’amusaient ! Et une fois, j’ai fait cette séquence avec un groupe dynamique et qui aimait particulièrement les activités insolites. Au bout des trois semaines de leur séjour, j’ai eu droit à de petits cadeaux : une jolie carte, des chocolats et… un mini nain de jardin !!!

J’ai bien rigolé, et j’ai admiré l’à propos du cadeau !!!
Pas besoin de dire que les fois suivantes, j’avais un super accessoire pour animer le cours ! Et il faudra que je l’actualise et la recycle, cette séquence de cours, d’ailleurs… 🙂

Pauline Courtier – J’enseigne au Pays Basque à un public adulte et adolescents en cours particuliers et mini-groupes

J’ai reçu deux cadeaux au retour des vacances de fin d’année, ici c’est les rois mages qui apportent les cadeaux en janvier ! Un étudiant m’a offert deux bouteilles de vin que sa femme avait reçues de son comité d’entreprise. Comme il et elle ne boivent pas d’alcool, il a pensé à moi ! J’ai été très touchée, en plus j’ai adoré le côté décomplexé et décontracté de redonner un cadeau et d’être honnête sur ça. Un autre étudiant m’a donné une boîte de chocolat et je suis sûre qu’il a acheté pour moi ! Quoi que …

Catherine – J’enseigne à l’Alliance Française de Lyon.

fourmiLes cadeaux, j’en ai eu beaucoup depuis que j’enseigne mais celui dont je vais vous parler est sans doute celui qui m’a le plus marqué.
C’était il y a plusieurs années et je m’en souviens encore : une étudiante argentine débutante m’a proposé lors d’une pause quelques petits trucs noirs dans un sachet en plastique. C’était pas vraiment un cadeau en soi mais plutôt un partage de truc à grignoter pendant la pause. Jusqu’à là rien d’extraordinaire..
J’ai goûté et j’ai trouvé ça plutôt bon, croquant et agréable jusqu’au point d’en reprendre plusieurs fois. L’étudiante en question avait beaucoup de mal à m’expliquer ce dont il s’agissait .. le cours a repris et la semaine suivante, rebelote.. lors du dernier jour de cours, elle m’a apporté le sachet entier en provenance directe d’Argentine et j’ai enfin pu découvrir ce dont il s’agissait : des fourmis grillées et salées !

J’avoue que j’ai eu un choc sur le coup… manger des fourmis cela me rebutait vraiment ! je n’ai jamais pu en remanger alors que j’avais pourtant fort aimé !
Une expérience drôle … à laquelle je repense chaque été en voyant les petites colonies se déplacer et je ne peux m’empêcher de dire : « tremblez petites fourmis, j’ai mangé vos congénères ! »


Le formulaire de participation est maintenant fermé, mais nous vous proposerons rapidement un nouvel article avec appel à témoignages 🙂

Merci à tous ( à toutes d’ailleurs)  pour vos anecdotes !!