test-test

Littérature et FLE : introduction

La place de la littérature dans l‘enseignement a été et continue à être questionnée longuement par les didacticiens. Si le texte littéraire a longtemps été considéré comme le seul à avoir le droit de cité dans l’enseignement (méthodologie traditionnelle), il a ensuite été évincé par la méthodologie dominante des années 60-70 où l’on lui préférait des textes considérés comme fonctionnels. Réintroduit ensuite par la méthode communicative dans les années 80 et considéré comme un document authentique comme les autres, le texte littéraire continue à faire débat aujourd’hui dans l’enseignement du FLE. Quelle place lui donner ? Comment introduire ce type de document ? Pour quoi faire ?

Je vous renvoie pour une lecture et une réflexion plus approfondie à la consultation des actes du colloque de 2009, de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes intitulés La place de la littérature dans l’enseignement du FLE. Vous y trouverez de nombreux articles avec des éclairages complémentaires.

Littérature et FLE : comment faire un choix ?

heap of books close up

Pour ma part, j’opte pour un partage pragmatique : une sélection d’ouvrages que j’utilise plus ou moins régulièrement selon mes contextes d’enseignement. J’introduis ces supports à des moments de formation où cela me parait faire sens en leur associant des objectifs clairement définis.

Je dirai juste que je prends en compte quelques réflexions constantes dans mes choix de textes littéraires :

  • Ne pas me cantonner à de la littérature française mais introduire la littérature francophone,
  • Ne pas uniquement introduire des extraits mais si cela est possible des œuvres complètes (les nouvelles et les contes sont de très bons supports),
  • Ouvrir des espaces sur la littérature contemporaine,
  • Présenter des auteurs et des auteures (serait-ce mon féminisme latent qui refait surface ?),
  • Faire des choix qui me plaisent pour tenter de transmettre aux apprenants le plaisir de lire en langue française,
  • Faire entrer la littérature en classe sous différentes formes (audio, vidéo, écrit).

La sélection suivante n’est qu’une piste, rien de révolutionnaire, mas elle pourra, je l’espère, être complétée par d’autres auteurs du site (ou par vous).

Littérature et FLE : sélection

Nord perdu de Nancy Huston (à partir de B1)

Premier bon point, vous pouvez trouver une lecture d’un extrait sur France Culture

Cet ouvrage (et l’extrait en est un exemple) est un support extraordinaire pour travailler sur le vécu du séjour à l’étranger, l’exil. Ce texte est donc un très bon point de départ pour l’échange oral, le travail sur l’expression des sentiments. J’utilise majoritairement des extraits qui, après des activités de compréhension (orale ou écrite) me permettent de lancer une séquence d’expression sur un thème qui touche directement mes apprenants en France. C’est donc un très bon support à la réflexion interculturelle.

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm (à partir de B1)

Un grand classique mais que j’aime bien intégrer à des séquences de cours pour différentes raisons :

  • Le format me permet de présenter un texte complet (et non pas un extrait).
  • Ils permettent de travailler l’expression des sentiments en partant de situations quotidiennes et touchant à la culture d’un pays.
  • J’aime aussi travailler à partir des titres des nouvelles qui sont une bonne base à des activités d’écriture créative.
  • Il est facile de transposer cette idée « de petits plaisirs » à chaque culture permettant à chacun de partager un peu de son pays.

Je préfère l’utiliser en France avec des groupes multiculturels, car à l’étranger j’ai parfois l’impression de jouer le jeu de l’idéalisation de la culture française.

Zazie dans le métro de Raymond Queneau (à partir de A2)

Pour le coup, j’utilise le roman de Queneau de manière fragmentaire :

  • Pour travailler lors de séquences de phonétique.
  • Travailler le lien langue orale – langue écrite.
  • Aborder le langage familier.
  • Mais aussi car l’importance des dialogues permet de travailler cette typologie d’écrit.

Il faut donc bien choisir les extraits (mais il y en a tant de délicieux) selon les objectifs fixés… Malgré un travail ponctuel sur le texte c’est aussi un moyen de faire découvrir l’auteur et le courant littéraire associé. Enfin, de nombreux extraits vidéos peuvent être amenés pour compléter le travail proposé.

Contes créoles des Amériques de Raphaël Confiant (à partir de A2 suivant les activités proposées)

Ce recueil de contes est juste un bonheur à lire dans un premier temps mais représente aussi la possibilité d’introduire la littérature francophone créole. L’avantage du conte est de travailler sur un texte complet. J’ai récemment utilisé cet ouvrage pour compléter une séquence proposée dans la méthode « Rond-Point pas à pas » (B1.2). L’introduction des termes créoles n’est pas problématique, au contraire c’est un bon moyen d’ouvrir les apprenants à la diversité de la langue. Finalement, aborder un conte francophone permet de montrer que la structure narrative du conte est immuable quelle que soit la culture, les personnages, etc.

L’écume des jours de Boris Vian (à partir de A2)

Sans doute un reste de mon adolescence mais, j’en suis persuadée, une très bonne base pour motiver le travail sur la description en partant d’un texte créatif et décalé. Qui plus est, la sortie du film de Michel Gondry peut permettre de relier texte et image. J’ai très souvent intégré ce texte littéraire dans une séquence autour des objets extraordinaires (quoi de mieux que le piano cocktail pour exemple) ! Le texte est très abordable si l’on accompagne les apprenants dans la découverte de l’univers surprenant de Boris Vian.

J’ai souvent travaillé ce texte en m’appuyant sur des extraits mais aussi sur le titre, les couvertures et les quatrièmes de couverture.

Littérature et FLE : liens des ouvrages

Je vous mets à disposition ici les liens vers les livres sur une plateforme de vente : tout d’abord pour vous fournir les visuels des ouvrages, mais sachez aussi que si vous effectuez un achat via un de ces liens, une mini commission revient à T’enseignes-tu ? Cela fait partie des petites choses que l’on met en place pour permettre au site de fonctionner en s’autofinançant et de vous assurer des parutions régulières et accessibles à tous.