test-test

Le thème de l’évaluation dans l’enseignement-apprentissage du FLE se déploie à plusieurs échelles. On pense évidemment à l’évaluation des compétences langagières des étudiants, un peu moins fréquemment à l’évaluation des compétences professionnelles des enseignants-formateurs, et encore moins souvent à l’évaluation de structures ou centres de langue.

Ce billet porte sur ce dernier type d’évaluation à travers l’exemple du label « Qualité français langue étrangère » et du processus de préparation à la labellisation dans lequel peut s’engager  un centre de langue. J’ai participé en 2008 à la préparation d’un centre de FLE universitaire en tant qu’assistante à la Direction des Études et avant de me lancer dans cette expérience, j’ai dû m’informer sur ce fameux label. En voici donc une présentation générale et synthétique.

 

Quoi ? Qu’est-ce que la labellisation ?

C’est un processus d’évaluation de la qualité des centres d’enseignement du FLE localisés uniquement sur le territoire français. Elle se base sur des critères précis et détaillés recouvrant 5 grands domaines :

1) Critère A « Accueil, accompagnement » : Évaluation de la qualité des informations fournies aux futurs étudiants sur les inscriptions. Un point intéressant est que le centre est évalué sur sa capacité à aiguiller l’étudiant dans sa recherche de logement et les formalités à réaliser pour son installation.

2) Critère L « Locaux, équipement ». Ce critère évalue l’environnement d’apprentissage et d’enseignement, aussi bien pour les apprenants que pour les enseignants : avec des items allant de la présence de matériel multimédia à la présence de toilettes non mixte dans l’institution.

3) Critère E « Enseignants ». Ce critère nous intéresse plus particulièrement. Il fera l’objet d’un billet plus développé. Brièvement, on peut dire que dans ce critère, on trouvera une évaluation de la qualité du recrutement des enseignants, de la participation de toute l’équipe éducative dans les choix méthodologiques et de la mise en œuvre d’actions de formation continue dans l’institution.

4) Critère F « Formations, enseignement ». Dans ce critère, sont évalués les points suivants : la pertinence des référentiels ou curricula, leur adéquation avec les cours et leur animation par les enseignants et enfin, une évaluation de la formation suivie par les étudiants.

5) Critère G « Gestion ». Ce dernier critère concerne plus précisément l’équipe de la Direction du centre : à la fois la direction des études ou direction pédagogique et la direction administrative, financière et comptable. Il permet d’évaluer des aspects de stratégie de développement de l’institution, de déontologie professionnelle, d’équilibre budgétaire…

 Pour chaque critère, à l’issue du processus, un nombre d’étoiles (une à trois étoiles) est attribué : 3 étoiles = niveau de qualité satisfaisant / 2 étoiles = satisfaisant avec des points pouvant être améliorés / 1 étoile = acceptable, avec des points nécessaires à améliorer.

Qui ? Quels sont les acteurs impliqués ?

La labellisation implique plusieurs instances qui collaborent dans un souci de complémentarité et d’objectivité dans les différentes étapes de la mise en œuvre du label. Voici les quatre principaux groupes d’acteurs :

1) La Commission interministérielle

Présidée par le Directeur général de l’enseignement supérieur ou son représentant, elle est composée de représentants des trois ministères :

  • le ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche – Direction de l’enseignement supérieur ;
  •  le ministère des Affaires étrangères et européennes – Direction générale de la coopération internationale et du développement ;
  •  le ministère de la Culture et de la communication – Délégation générale à la langue française et aux langues de France).
  • Son rôle principal est de superviser la procédure, de valider les outils utilisés et de délivrer ou non le label «Qualité français langue étrangère» aux centres.

 

 2) Le Conseil d’orientation

Présidé par le délégué général à la langue française et aux langues de France, il est composé des représentants suivants :

  • un représentant du ministère des Affaires étrangères et européennes ;
  • un représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche ;
  • quatre personnalités désignées conjointement par ces trois ministères ;
  • deux auditeurs désignés conjointement par ces trois ministères ;
  •  les représentants des groupements professionnels suivants : Association des centres universitaires d’études françaises pour étrangers (ADCUEFE), Alliance française, Groupement FLE, Office national de garantie des séjours et des stages linguistiques, UNOSEL et SOUFFLE.

Sa mission principale consiste en un accompagnement de la démarche de labellisation en proposant si nécessaire à la commission interministérielle une adaptation du dispositif.

 3) Le Centre international d’études pédagogiques (CIEP)

Le CIEP est l’organisme opérateur du dispositif depuis le 1er janvier 2006. Ses missions pour la labellisation sont définies par une lettre de mission interministérielle datée du 17 février 2006 :

Le CIEP assure la mise en œuvre de la labellisation ; assure la gestion administrative ainsi que le secrétariat de la commission interministérielle et du conseil d’orientation ;procède au recrutement des auditeurs ;organise le calendrier des audits, qui doivent être effectués par deux auditeurs pour chaque centre ; prépare les réunions de la commission interministérielle et du conseil d’orientation ; assure la communication interne et externe avec l’ensemble des acteurs concernés par cette opération.

Pour aller plus loin, vous trouverez des informations supplémentaires sur le site du CIEP.

 4) Les auditeurs

Recrutés et formés à la conduite d’audit par le CIEP, les auditeurs procèdent en binôme (un auditeur senior et un auditeur junior) lors de la mission d’audit sur site.

Lors du processus de la mission d’audit sur site :

  • ils examinent les documents attendus fournis par le Centre en prenant acte des documents consultés en les signant uns à uns,
  • ils rencontrent des enseignants, le personnel administratif du Centre, des étudiants, en entretiens individualisés ou sur leur lieu de travail,
  •  ils observent des cours.

Lors du processus de rédaction du rapport d’audit, ils sont chargés de rédiger séparément, puis conjointement des commentaires pour chaque indicateur pour évaluer la qualité des prestations du Centre pour les 5 critères. A partir de ces données, ils rédigent un rapport d’audit commun assorti d’une recommandation concernant la labellisation du Centre, rapport transmis au CIEP qui en vérifie le caractère complet pour l’envoyer à la Commission interministérielle qui décide alors de l’attribution ou non du label.

Pour en savoir plus sur les acteurs de la labellisation, vous trouverez des précisions sur le site officiel du Label.

 

Quand ? Quand un centre doit-il renouveler son Label ?

Le label est attribué pour une durée de 4 ans. Après cette période, le Centre doit s’engager à nouveau dans un processus de labellisation, similaire au premier.

 

Pour aller plus loin :  le site du Label Qualité FLE.