test-test

Ah, la France !

France Quand vous enseignez à l’étranger, vous êtes frappés par l’attraction voire la fascination qu’exerce le français sur de nombreuses personnes. Le français, langue de l’amour, langue des grands écrivains, etc. De grands classiques ! Les étudiants veulent apprendre la langue très souvent parce qu’ils rêvent de la France. La langue et le pays sont intimement liés, à un niveau émotionnel : « En parlant le français, je vais m’approprier un peu de la France ». Ils ont parfois eu la chance d’y aller, parfois pas, mais il faut bien dire que la majorité est sous le charme de la France.

Pour être honnête, ça continue de m’étonner, de me plaire parfois mais de me faire aussi souvent sourire quand je vois le décalage avec la réalité que je connais.

Je me pose la question et je vous la pose : comment on parle de la France à des personnes qui lui vouent un tel culte ? Cette question est d’autant plus aiguë quand on a choisi soi-même de vivre loin de cette patrie si merveilleuse depuis assez longtemps.

Vivre loin de la France, c’est forcément lui porter un autre regard : admiratif pour nombreuses de ses réussites mais aussi critique pour quelques-uns de ses travers. Les Français expatriés depuis longtemps ou qui sont « multi-expats » (oui, il paraît qu’il y a un terme pour ceux qui multiplient les expatriations) font l’expérience de se sentir un peu étrangers quand ils vont en France. La France, on la connaît toujours mais à distance et sa réalité quotidienne nous échappe en grande partie.

Prenons les sujets incontournables quand les étrangers parlent de la France :

Paris 

metro-paris France Oui c’est vrai, c’est une très belle ville, les quartiers pittoresques, les monuments, les musées, les cafés, les restos… La liste est longue. Oui mais voilà, tout le monde n’est pas parisien. Moi, j’y ai vécu seulement un an et j’y ai passé à peine quelques jours les dix dernières années. Je ne connais pas Paris comme ma poche et je me trouve un peu désemparée quand il s’agit de commenter ses merveilleux musées ou monuments. Je reconnais que Paris est une ville vraiment intéressante mais j’en profite toujours pour vanter les beaux paysages français au-delà du périphérique et surtout la grande diversité de la géographie française (métropole et outre-mer).

Le luxe

En Amérique latine, la classe supérieure connaît parfaitement les produits de luxe français (dont ils transforment le nom avec l’accent espagnol!). Toutes les marques ou presque sont énumérées comme des trophées. Oui, mais moi, à part le parfum, le monde du luxe m’est totalement inconnu. En France, je n’ai jamais mis les pieds chez le fameux maroquinier qui commence par V., les robes des grands couturiers n’ont jamais passé la porte de mon appartement et je ne vais pas régulièrement manger dans les restaurants trois étoiles du Michelin (même si j’aimerais, j’avoue !) et je pourrais multiplier les exemples de ma méconnaissance du luxe. Mes étudiants font la douloureuse expérience de la rencontre avec une Française qui est beaucoup moins sophistiquée que ce qu’ils imaginent des Français et de leur univers de luxe.

Le romantisme à la française

baiserdoisneauAh les Français sont si romantiques, si galants !!! Oui… bon… certains, bien sûr mais à condition de ne pas penser à tous les goujats qui ont croisé notre chemin. Quant au modernisme des hommes français et leur partage des tâches ménagères, j’ai bien quelques références autour de moi mais «peut mieux faire».  J’ai tendance à ne pas m’appesantir sur ce sujet !

 La culture et le mode de vie à la française 

Dans les Amériques, on est un modèle pour l’éducation des enfants et la vie saine, par exemple. On apprécie aussi notre cinéma, notre littérature… C’est vrai que des différences notables existent entre les continents dans le mode de vie et la culture mais tous les Français ne sont pas des férus de culture et bien sûr la mondialisation apporte des modifications importantes dans les modes de vie. Je modère beaucoup les propos en pointant la diversité.

Les sujets de société, la politique, la religion

Des sujets franchement très délicats à aborder parce qu’il faut beaucoup expliquer tant les différences sont grandes avec leur pays et tenter d’apporter les différents points de vue, ce qui est vraiment compliqué. Je réponds aux questions qui viennent en fonction de l’actualité mais je n’apporte que très peu d’éléments de mon propre chef.

La gastronomie 

macaron franceÇa, je connais mieux et j’adore mais dois-je dire que le plat le plus mangé au restaurant en France est le steak-frites (c’est vrai !) et que les jeunes adorent les hamburgers et les bâtonnets de poisson? Dois-je avouer que les Français ne sortent pas toute la vaisselle de la grand-mère et l’argenterie quand ils mangent ? Oui, je le dis ! Mais je suis une grande ambassadrice de la gastronomie française. C’est toujours un excellent vecteur d’apprentissage ! Les supports sont abondants mais surtout on enseigne bien ce qu’on aime et voilà un sujet que j’adore et avec lequel je me sens très à l’aise pour communiquer avec les étudiants. La curiosité pour les différents plats est largement partagée. La cuisine, c’est de l’émotion et du plaisir avant tout. Chaque étudiant a plaisir à parler aussi de son plat préféré, de ce qui lui manque de la cuisine de sa famille, etc. J’ai testé plusieurs fois des ateliers pâtisseries avec des jeunes mais aussi des adultes et nous avons tous passé d’excellents moments. Les séances préparatoires se font dans l’enthousiasme ; le jour de la cuisine, chacun est incroyablement ponctuel et ensuite les séances de travail (l’expression des quantités, l’impératif, le vocabulaire, etc.) se font dans le plaisir !

Alors…

Avec toutes les questions et les commentaires des étudiants, je connais mieux la manière dont la France est perçue de l’étranger mais je cherche aussi à la connaître un peu mieux. Je la redécouvre en quelque sorte. Je tente de transmettre des éléments qui intéressent les étudiants en distillant de toutes petites doses de réalité. Histoire de ne pas trop les décevoir !

Parfois, j’avoue me laisser bercer par tous les commentaires élogieux. Il faut dire qu’avec le pessimisme bien connu des Français, cela ne fait pas de mal de se lancer des fleurs. Avec les étudiants, j’apprends à aimer différemment, à travers leurs yeux, le pays que j’ai choisi de quitter ! On n’est pas à un paradoxe près !

Quant à ce que je leur transmets de la France, c’est forcément très partiel et j’ai conscience de leur livrer des petits bouts de mes propres centres d’intérêts mais j’essaie de les ouvrir à la diversité et aux contrastes de la France.

Et vous ? Comment vous parlez de la France ?

Je suis très impatiente de lire vos commentaires !