test-test

Dans certains cas de figure, l’enseignant en FLE peut avoir l’impression d’être en manque d’idées lorsqu’il s’agit de problèmes de grammaire. On connaît cela avec certaines questions très simples et cela fait partie du charme du métier. Le problème ci-dessous peut être considéré comme tout à fait « mineur ». Il présente plusieurs avantages pour nous: c’est une question justement assez mineure, qui se pose rarement et qu’il est plus facile de traiter (pour nous) pour commencer cette « nouvelle grammaire ». La manière de voir les choses (quelque chose à droite du mot, ou pas) peut gêner au début mais il s’agit d’une conception qui se répète pour chaque règle. La comprendre une fois permet de la comprendre pour les règles suivantes.

Par exemple?

Dans mes phrases, que dois-je utiliser  : « an » ou « année »? Un étudiant vous pose la question, et là, d’un coup, vous êtes très content: vous vous êtes posé cette question grâce à un enseignant d’une discrétion certaine (1) qui vous à initié/donné le goût de faire de la grammaire plus logique, topologique.

Explication de la règle, puis pour les plus pressés, récapitulatif non pas de sa totalité, mais de ce qu’il suffit de savoir pour ne pas faire d’erreur de compréhension ET de production.

 

Explications

An/année: le problème n’est pas sémantique, mais syntaxique quant au choix de l’un ou de l’autre. Voici deux cas de figure généraux et leur « règle ». Attention, tout cela ne suffit pas à gérer toutes les situations de an/année. Cette « règle » est pour le moment celle qui nous semble la plus complexe, mais son intérêt méthodologique est évident: elle explique ce que rien d’autre n’explique visiblement.

  • Pour exprimer l’âge

Dans la cas d’un cardinal on utilise « AN »: il a 20 ans

Dans les autres cas on utilisera « ANNÉES »: il  a une trentaine d’années; cet établissement a de nombreuses années…

  • Pour exprimer le temps

        1)Quand il n’y a pas d’expansion (= « quelque chose) à droite on utilise « AN »: il y a deux ans, dans deux ans.

        2)Quand il y a une expansion à droite, on peut généralement utiliser les deux:  l’an dernier/passé, l’année dernière/passée; cette année; l’an prochain/l’année prochaine.

Mais il y a des formes courantes: cette année-là, un an plus tôt, l’année d’avant

Récapitulatif

An et année, ce n’est pas un problème de sens, mais de mots associés: on a l’idée en tête, et puis il y a une place pour an/année, et en fonction de la forme de la phrase, on pourra mettre l’un ou l’autre, ou les deux indifféremment.

Si an/année ne termine pas ma phrase, alors il semblerait (j’accepte toute objection, bien sûr!) qu’on puisse toujours mettre « année », et parfois « an » est acceptable.

Si an/année termine la phrase et est précédé d’un cardinal il faudra choisir « an », sinon « année » pour tous les autres cas.

Conclusion

Ce n’est donc pas un problème de compréhension entre ces deux mots, mais de construction de la phrase; ce n’est évidemment pas un point majeur, prioritaire de la pratique, car utiliser « an » plutôt que « année » ne gène pas le sens de la phrase.

Cependant, l’enjeu est autre: en mobilisant un raisonnement topologique qui semble fonctionner, cette règle donne aussi par voie logique des applications simplifiées: à défaut d’avoir un corpus de français pratiqué, on prendra le pari que « année » fonctionne plus largement que « an », du moins que si an/année n’achève pas la phrase, « année » me permet d’éviter de réfléchir à la configuration précise de la phrase pour ne pas faire d’erreur.

1 J. Butin